Eglise Le Cep

Continue d’aimer

Si on te demande, qu’est-ce qui prouve que tu t’es réellement converti ? ou qu’est-ce qui prouve que tu connais Dieu ? Cette question à l’air simple mais elle nous pousse à nous poser de vraies questions sur la nature de Dieu et notre positionnement par rapport à Lui. Il y a un verset dans la bible qui fait souvent peur à certaines personnes, mais reste très important pour se mettre en question et voir sa position avec Dieu (Matthieu 7 : 21 – 23).

Ceux qui ne rentreront pas dans le royaume des cieux connaissent-ils réellement Dieu ? Sont-ils réellement convertis ? 1 Jean 4 : 8 “Bien-aimés, aimons nous les uns les autres; car l’amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu. 8 Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour. Celui qui connaît Dieu, aime, il a l’amour de Dieu et aime son prochain. Car Dieu est amour. Il est encore temps de manifester l’amour de Dieu avant qu’il ne soit trop tard car le temps ne nous appartient pas.”

1 Corinthiens 12: 28 – 31 et 1 Corinthiens 13: 1
Dans ce passage on voit tout simplement que l’amour doit être à la base de tout. Nous pouvons faire tout ce que nous voulons dans la maison de Dieu, être prophète, avoir le don des miracles, de guérison, de parler en langue mais si nous n’avons pas l’amour, tout cela est vain.
En tant que chrétien nous devons nous baser sur l’amour, il doit être le fondement de notre marche avec Dieu. Il doit être au centre de tout. Dieu est amour et il nous a montré cet exemple en donnant son fils Jésus Christ mort sur la croix pour le pardon de nos péchés. Et par sa grâce, nous sommes sauvés pour l’éternité.

Catégories de personnes à aimer

  • Aimer notre famille personnelle (1 Timothé 5: 8)
    Si quelqu’un n’a pas soin des siens, et principalement de ceux de sa famille, il a renié la foi, et il est pire qu’un infidèle.
    Nous devons aimer les membres de notre famille d’un amour sincère qui vient de Dieu car nous ne pouvons pas aimer Dieu et être incapable d’aimer notre propre famille. Dieu est amour. Nous ne pouvons briller ailleurs sans avoir autour de nous. Nos proches doivent voir cet amour de Dieu en nous.
  • Aimer notre famille spirituelle
    Nous avons besoin des autres pour combattre. Il y a des combats que nous ne pourrons pas faire tout seul. Notre famille spirituelle est là pour nous aider et nous devons aimer les membres de cette famille.
    C’est de notre responsabilité d’aimer les autres. Nous devons aimer nos frères et sœurs en christ (1 jean 4 : 20 – 21).
    Aspirons à avoir de réels amis, des partenaires de prière au sein de notre famille spirituelle et à toujours manifester notre amour envers les uns et les autres.
    Notre amour envers nos frères en christ a une grande puissance. (Actes 12 : 5 – 10) L’amour que les frères et sœur ont manifesté pour Pierre a fait réagir Dieu.
  • Aimer les gens du dehors
    Nos collègues de travail, camarades d’école, …
    Marc 12 : 30 – 31. Notre amour ne doit pas avoir de limite et doit être multiculturel, “Tu aimeras ton prochain comme toi-même”. Notre prochain c’est notre voisin et il peut être n’importe qui; on ne choisit pas ses voisins comme on dit. Nous devons manifester l’amour de Dieu envers eux. Cet amour nous permet d’aimer partout, d’aller partout sans frontière. Il n’est pas réservé qu’aux Français, Asiatiques, Indiens ni qu’aux Africains mais à tout le monde, à notre prochain.

L’amour nous rapproche de Dieu
Éphésiens 3 : 17 – 19  » en sorte que Christ habite dans vos cœurs par la foi ; afin qu’étant enracinés et fondés dans l’amour, 18 vous puissiez comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, 19 et connaître l’amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu.”

La cible du diable, c’est l’amour de Dieu, voilà pourquoi nous devons continuer d’aimer sans cesse.

                                                                                                                                                                                               Jonathan G.

L’adoration c’est le cœur même de notre relation avec Dieu

Adorer Dieu, c’est expérimenter la réalité de Jésus vivant et ressuscité. La vraie adoration nous mène à une consécration plus profonde, à une plus grande obéissance à la Parole de Dieu. Nous avons été créés pour adorer.
Dieu est à la fois « la source » et « l’objet » de notre adoration. C’est lui qui l’inspire et la dirige. L’adoration, c’est une relation d’amour. Plus nous connaissons Dieu, plus nous l’adorons, plus nous aimerons Dieu plus nous l’adorerons.
Le Seigneur désire nous voir venir à lui avant tout pour Sa personne et non seulement pour ses dons. Nous devons aimer Dieu pour qui Il est, plutôt que pour ce qu’Il fait. En venant dans l’adoration nous devons chercher en premier lieu à réjouir et à satisfaire le cœur de Dieu plutôt qu’à obtenir la satisfaction de nos propres besoins. L’adoration, c’est notre plus grand ministère. Matthieu 4/10 : « tu adoreras le Seigneur ton Dieu et tu le serviras lui-même ».
L’adoration et le service sont deux fonctions inséparables dans le plan de Dieu pour nos vies. Si l’adoration occupe la première place dans notre vie, alors toutes nos activités seront vraiment le fruit d’un débordement d’amour pour Dieu. L’adoration est une des priorités bibliques. Le premier commandement de Jésus se trouve en Matthieu 22/37 : « tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée ».

Martine L

Percez, vous verrez !

Hébreux 10/36 : « Vous avez besoin de PERSEVERANCE pour accomplir la volonté de Dieu et obtenir ainsi ce qu’Il promet ». Persévérer signifie : persister, demeurer ferme et constant, dans un sentiment, une résolution, une attente… On pourrait ajouter : continuer sans se lasser, croire encore sans se décourager, attendre avec foi et patience jusqu’à l’accomplissement de la chose promise ou désirée, en ce qui concerne notre vie avec Dieu et les promesses contenues dans Sa Parole promesses de guérison, de restauration, de délivrance…

Nous trouvons beaucoup d’encouragements à persévérer, à tenir bon, à garder la foi même dans les situations les plus difficiles, les cas les plus imprévisibles ou les maladies dites incurables. La bible foisonne d’exemples où nous voyons Dieu agir de façon miraculeuse, comme par exemple pour la naissance d’Isaac alors qu’Abraham avait près de 100 ans et Sara 90 ans. Dans le Nouveau Testament, nous voyons aussi Jésus accomplir des guérisons miraculeuses : la femme atteinte d’une perte de sang depuis 12 ans, le paralytique depuis 38 ans, la femme courbée depuis 18 ans, et même la résurrection de Lazare mort depuis 4 jours…
Luc 1/37 « rien n’est impossible à Dieu » Dieu n’a pas changé, sa puissance et son amour pour nous demeurent.
Il nous invite à croire encore et encore, à nous attendre à Lui en toute confiance, quelle que soit la situation difficile que nous traversons.
Hébreux 11/1 : « Or, la foi est la ferme assurance des choses qu’on espère… » Continuons de croire et d’espérer, car « Dieu fait toutes choses belles en son temps » et le temps de Dieu c’est aujourd’hui, alors courage !


Emmanuelle. B

2024 Quelle année voulons-nous ?

Nous avons besoin d’entendre et de discerner la voix de Dieu au milieu de tout le fracas de ce monde qui s’agite de tout côté. Dieu nous demande de trouver dans sa présence, dans le calme et la confiance la force qui vient de lui. Fortifions notre foi encore et encore qu’il nous conduise chacun individuellement et tous ensemble dans notre marche au quotidien. Et, que nous en ayons conscience ou pas, il le fait.

Nous pouvons nous perdre à courir et chercher les dernières “prophéties” à la mode. Les voies de Dieu, pour les autres, ne seront pas nécessairement les nôtres. Sachons ne pas prêter l’oreille à n’importe quelles voix et, surtout veillons à prendre le temps pour écouter Dieu nous même.

Dieu dit dans Proverbes 3 v 5 Confie toi en l’Eternel de tout ton cœur et ne t’appuie pas sur ton intelligence ! 6 Reconnais le dans toutes tes voies et il rendra tes sentiers droits. 7 Ne te prends pas pour un sage, crains l’Eternel et détourne toi du mal: 8 cela apportera la guérison à ton corps et un rafraîchissement à tes os.

Dieu nous invite surtout à rester humble et obéissant dans notre persévérance à faire le bien. Et, à reconnaitre que Dieu, en réponse à notre foi, conduit nos pas.

Jonathan Y.

Qu’avons-nous appris ?

Pour certains groupes, la campagne « 40 jours » a pris fin, pour d’autres, elle est encore en cours, chaque groupe ayant décidé de la fréquence des réunions. Au total, 14 groupes ont ainsi été établis, et la plupart forment le projet de continuer après cette campagne. Merci à tous ceux qui ont ouvert leur maison pour accueillir les participants.

A la théorie doit succéder maintenant la pratique en église et aussi à l’extérieur, tout ne fait que commencer…

Plusieurs grandes vérités apprises lors de cette campagne :

1. Il y a des choses que nous n’apprenons que par l’expérience, nous ne pouvons pas les apprendre d’une autre manière.

2. Nous avons besoin des autres. Dieu n’a jamais voulu que nous vivions cette vie par nous-même, nous avons besoin d’une famille spirituelle.

Dans les deux commandements “aime Dieu de tout ton cœur et ton prochain comme tu t’aimes”, il y a une dimension verticale et une dimension horizontale à la vie, parce qu’en effet la vie est une question de relations et nous devons y travailler.

Oui, c’est difficile de construire des relations et de les entretenir. Cela demande des efforts pour construire une communauté, pour avoir de la communion, mais les bénéfices seront bien plus grands que les efforts.

Ephésiens 4 verset 13 : “… de cette façon, nous parviendrons tous ensemble à l’unité de la foi, dans la connaissance du Fils de Dieu, nous deviendrons des adultes dont le développement atteindra la stature parfaite de Christ.”

3. Nous avons besoin d’être servis et nous avons besoin de servir les autres. Durant nos méditations quotidiennes, nous avons vu 40 fois « les uns les autres ». C’est la Bible qui le dit, c’est donc une culture d’église à s’approprier pour la vivre.

Les mots les plus dangereux que nous formulons dans la prière, sont : « utilise moi », soyons donc prêts lorsque Dieu exaucera cette prière. Il y a aussi une autre expression dangereuse dans la prière : « quel que soit » : “quel que soit ce que tu me demandes de faire Seigneur, je le ferai”. Là aussi, soyons prêts !

4. Nous avons reçu un ordre de mission général par Jésus lui-même, pouvant être mis en œuvre dans un projet commun, projet qui pourra être ponctuel ou perdurer dans le temps. Le test de notre christianisme est la manière dont nous nous occupons des gens, de ceux qui ne connaissent pas Dieu. c’est cela qui comptera dans l’éternité.

Père, nous te remercions vraiment pour ce que tu as fait pour nous, dans nos vies. Nous te remerçions pour la famille spirituelle qu’est l’église, parce que nous avons le privilège de faire partie de quelque chose de très important dans le monde.

Merci de ce que nous pouvons prendre une part, même petite, à adorer, servir, partager et vivre ensemble pour ainsi grandir spirituellement pour le bien de ce monde. AMEN

Alain J.

IL n’y en a pas deux comme toi

Se comparer aux autres entraîne souvent la jalousie. Avoir des modèles est souhaitable.
Dans la Bible Satan propose à Eve : vous serez comme des Dieux,

Exemples de jalousie dans la Bible
Caïn et Abel,
Jacob et Esau,
Le frère du Fils prodigue,
Marthe et Marie.

D’où vient la jalousie ?
La peur d’être frustré de quelque chose.

Dès le plus jeune âge notre cœur est orienté vers l’égoïsme. Nous sommes tous envieux de quelqu’un, à un moment ou à un autre. Mais on y travaille avec Jésus.

Nos blessures
Nous avons tous été aimés imparfaitement ; certains ont souffert plus que d’autres.
Avoir été méprisé, ignoré, rejeté, battu, harcelé….

Signes qui doivent nous conduire à nous examiner
Est-ce que je critique/juge facilement les autres pour me justifier ?
Est-ce que je tiens souvent à avoir raison ?
Suis-je un perfectionniste ?
Suis-je enclin à bouder ?

Conséquences de la convoitise
L’agressivité, la colère qui sape mes relations,
La dévalorisation qui m’empêche de développer mes talents, de réaliser mes désirs.

Etant un enfant bien aimé de Dieu, je n’ai rien à prouver
Tu es unique et tout est à toi,
Les critiques me blessent peu,
Je peux entrer dans le courage de ma différence.

Le Modèle suprême : Jésus Philippiens 2.4-8
Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes.4 Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres.5 Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ,6 lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu,7 mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme,8 il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix.

Daï et Claude Prigent

Tenir sa parole

L’exemple de Dieu : Il tient parole.

Ez 12 (v 25) « Je prononcerai une parole et je l’accomplirai » dit le Seigneur, l’Eternel.

Neh 12 (v 13) Et je secouai mon manteau en disant : »Que Dieu secoue de la même manière hors de sa maison et de ses biens tout homme qui n’aura point tenu parole… » Toute l’assemblée dit : »Amen ! » On célébra l’Eternel et le peuple tint parole.

Tenir sa parole = tenir ses engagements

Eccl 5 (v 1 à 6) est à lire et à méditer. La bible parle de ce thème et en cite de nombreux exemples ! Ceux qui tiennent leur parole sont appelés « des hommes droits », de valeur, de confiance. Ceux qui ne la tiennent pas « des insensés » à la parole légère (voir les proverbes) Tenir sa parole est au même titre qu’accomplir un vœu. Nul n’est obligé de faire un vœu ou de prononcer une parole d’engagement s’il ne se sent pas capable de s’y tenir.

Notre foi s’appuie sur Jésus, un homme qui a tenu parole dans son engagement à sauver la race humaine.

Il est un exemple à suivre pour les chrétiens. En tant qu’engagés volontaires, prenons le temps pour réfléchir sur ce sujet.

Chaque fois que j’ai donné ma parole, quelle a été la suite ? Comment a t-elle été accomplie ? Quelles en ont été les conséquences ?

Dans les différentes étapes de nos vies, nous sommes tous confrontés à ce sujet. Le « oui » du mariage en est un exemple, mai aussi la fondation d’une famille, l’entrée dans une entreprise, la signature d’un contrat quelconque et bien sur l’engagement du baptême, mais aussi pour des choses plus simples, courantes. « Je viendrai t’aider tel jour à telle heure, tu peux compter sur moi en cas de problème, je te prêterai ceci ou cela je te pardonne alors qu’il n’en n’est rien, toutes ces paroles quelques fois données à la légère ou souvent trop vite, sans réfléchir en pensant que l’autre n’y pensera plus. Cette faiblesse dans l’engagement est un des maux de notre société et l’arme de notre ennemi. Tenir sa parole peut faire peur, car nous comptons trop sur nous et pas assez sur Dieu qui peut nous aider à accomplir nos vœux. Pourtant Dieu aime que nous prenions position que nous prenions des engagements, que nous fassions des alliances, car lui-même s’est engagé envers Abraham, Noé, Moise, des rois des prophètes, et d’autres hommes encore.

Quelques exemples bibliques d’une parole d’engagement :

– paroles données à la légère :

  • Jephté Juge 11 (v 29 à 40) engagement pour un sacrifice en cas de victoire à la guerre,
  • Les disciples de Jésus – Mathieu 26 (v 13): Je m’engage à ne jamais t’abandonner,
  • Un homme qui s’engage à suivre Jésus partout. Luc 9 (57), Jésus le met en garde.

– paroles tenues :

  • Le fils prodigue : voilà ce que je vais faire : je me lèverai et j’irai,
  • Josué proclame sa décision : moi et ma maison, nous servirons l’Eternel,
  • Esther : reine, elle s’engage envers Mardochée pour sauver le peuple juif,
  • Zachée (collecteur d’impôt) : je rendrai ce que j’ai volé avec intérêts.

Ainsi, chacun peut se rendre compte qu’il ne tient pas toujours sa parole. Dieu pardonne mais veut nous éduquer aussi dans ce domaine. Car les conséquences peuvent être très lourdes quelquefois. Mat 6 v 7 ne multipliez pas de vaines paroles.

A la question souvent posée à Dieu : « Seigneur, quelle est ta volonté pour moi ? La réponse est : « respecte ta parole donnée ».

Alain Jamey

La vigne du Seigneur

Esaïe 5 verset 1 à 7 : je chanterai à mon bien-aimé le cantique de mon bien-aimé sur sa vigne. Mon bien-aimé avait une vigne sur un côteau fertile, il en remua le sol, enleva les pierres et y mit un plant délicieux. Il bâtit une tour au milieu d’elle et y creusa aussi une cuve, puis il espéra qu’elle produirait de bons raisins, mais elle en a produit de mauvais… »Qu’y avait-il encore à faire à ma vigne que je n’aie pas fait pour elle ? ».

Israël est une  » plantation » de l’Eternel, un peuple de la descendance d’Abraham, mise à part comme ambassadeur de Dieu sur terre, démontrant ainsi aux autres nations la réalité d’un dieu unique, créateur et bienfaiteur des hommes.

Mais encore une fois, malgré de nombreuses tentatives, Dieu échoue ou plutôt c’est son espoir qui est mis en échec par sa créature, d’où l’obligation pour lui de maudire ce qu’il avait réalisé avec un cœur confiant, pour être glorifié.

La question qui est posée : suis-je le plant qui produit du mauvais raisin ? oui bien sûr ! tant que j’essaierai d’obéir à la Loi, je deviens comme Caïn espérant être agréé pour sa propre production et qui, blessé dans son orgueil ne saisit pas la main tendue par Dieu et part se cacher dans sa ville croyant ne plus être sous le regard du Seigneur.

En Matthieu 21 verset 33 à 46, Jésus a repris cette prophétie d’Esaïe dans une parabole destinée à ses auditeurs qui refusaient de croire que celui qui était au milieu d’eux, juif comme eux, annonçait la venue prochaine du royaume céleste sur terre et que lui-même en était la porte.

A la question de Jésus : « que fera le maître de la vigne à ces vignerons ? ». Ils se condamnent eux-mêmes par leur réponse (v 41) « Il fera périr ces misérables ». « Une nation qui en rendra les fruits » (verset 43) qui fructifiera, qui portera en elle du fruit pour le royaume.

Question : comment cela est-il possible, puisque tous, depuis la création du monde ont échoués ? La réponse se trouve dans Jean 15 verset 1 à 8.

Cette fois, l’ultime tentative de Dieu qui réussira. Le vigneron c’est le Père, le cep (le plant) c’est le fils, la sève qui circule c’est le Saint-Esprit, les sarments (rameaux) ce sont ceux qui ont désespéré de produire du fruit par eux-mêmes. Malgré tout, la vigne est une plante rebelle, difficile à maîtriser, elle se développe anarchiquement et il faut un vigneron bien expérimenté pour la maîtriser avec amour et patience en opérant un choix dans la taille 2 ou 3 fois par an.

Un temps pour la taille, un temps pour la récolte. Restons attachés au cep et n’ayons pas peur d’être taillés dans nos pensées, paroles et actions, même si c’est douloureux, pour pouvoir porter le fruit de l’Esprit (Galates 5 verset 22) au regard des autres pour la gloire de Dieu.

Alain Jamey

Les tournesols

Ce matin sur la route Notre Père a attiré mon attention sur les tournesols.

Je me suis arrêtée et Il me disait dans mon cœur :

« Regarde ces fleurs les unes à côté des autres, bien serrées comme de vaillants petits soldats.

Elles poussent dans une terre quasi morte à cause des hommes, mais elles sont si belles et elles tournent toutes en même temps leurs fleurs vers la lumière du soleil.

Faites pareil mes enfants, serrez-vous dans l’unité.
Et surtout tournez-vous vers Moi qui suis La Lumière du monde !

Vous êtes aussi dans un monde mort, à cause du péché, mais c’est Moi qui vous nourrirai et je déverserai une bonne pluie sur vous et vous serez des fleurs de grande beauté dans ce monde si laid.

Texte proposé Laurence D.

Poème de Noël

Qu’est-ce pour toi ? Une fête d’autrefois, un jour rempli de cadeaux

Ou de Dieu, un immense cadeau ?

Pour moi, c’est plus qu’un anniversaire, c’est le retour de Dieu sur terre

La joie de l’amour de notre Dieu, le cadeau qui nous ouvre les cieux.

C’est plus que la couronne de l’Avent, plus qu’un Dieu qui vient en s’humiliant ;

C’est un Dieu pur qui face à nous prouve que Son fardeau est doux.

C’est l’exemple parfait du pardon, le merveilleux cadeau de la réconciliation,

Un appel à pardonner et à aimer. Tu as le choix, c’est à toi de décider !

Tu peux toujours rester sur un banc d’église, le temple est rempli de personnes qui restent assises ;

Mais n’oublie pas que tu as encore à faire un choix. C’est la mort qui t’attend si tu ne te décides pas.

Ne trouves-tu pas que ce serait trop bête, si pour te décider, tu devais attendre la fin de la fête ?!

Viens, joins-toi à nous, participe avec nous ; et tu verras que son fardeau est vraiment doux.

Engage-toi pour ton Dieu, et ne fais pas simplement le pieu.

Aie le courage de tes convictions, et quel que soit ton âge, prends cette résolution :

«Il est Noël, temps de l’amour de Dieu, alors maintenant je décide en ce lieu

De ne plus simplement rester bloqué dans la glace, mais de me lever pour prendre ma place.

Je ne veux plus simplement dire que j’ai la foi ; Mais pardonner et aimer comme me le demande mon Roi.

Je décide de suivre l’exemple qu’il me laisse en ce jour en apportant aux autres le salut de cet immense Amour »

Bouge-toi un peu et tu verras Dieu agir. Tu comprendras à quel point Dieu peut te bénir ;

Et tu auras toujours plus envie de te bouger pour Lui, car tu sauras quelle est encore la puissance de Dieu aujourd’hui.

Viens mon ami, décide-toi maintenant, ne reste plus à assister simplement ;

Prends les choses en mains, ne reste plus assis sur ton chemin.

Viens, Noël est là maintenant,

Viens, Jésus Christ t’attend.

X