Eglise Le Cep

Epiphanie

L’Épiphanie est une fête de la tradition chrétienne qui célèbre le Messie venu et incarné dans le monde et qui reçoit la visite et l’hommage de trois rois mages.

La tradition veut que pour le jour de la Fête des rois mages, on partage un gâteau dans lequel est dissimulée une fève. D’où vient cette tradition de l’Épiphanie ? Ce ne sont pas les mages qui ont apporté la galette. Cette tradition remonte à la fête pré-chrétienne du 6 janvier. La galette symbolise le retour de la lumière après les longues nuits d’hiver.

Diverses coutumes sont observées à cette occasion. En France, en Suisse et en Belgique, depuis le Moyen Âge, une « galette des rois » ou un « gâteau des rois », pâtisseries contenant une fève, sont partagés ce jour-là.

Mattieu 2 v 1 à 11.

Selon une tradition venant du VIIème siècle, les mages dont parle l’Évangile étaient au nombre de trois : Melchior, Gaspard et Balthazar. Ce sont les noms qu’on leur a donnés au VIème siècle. Le chiffre 3 est très symbolique, il symbolise d’abord les 3 continents : Asie, Afrique et Europe (qui étaient les seuls connus à l’époque). C’est aussi l’image des trois fils de Noé : Sem, Cham et Japhet. Le chiffre 3 représente aussi le nombre de cadeaux qui selon l’Évangile étaient au nombre de 3 : l’or, l’encens et la myrrhe.

Le chiffre 3 figure enfin les trois âges de la vie. Melchior est présenté avec une longue barbe et il est le plus âgé des trois. Il offrit l’or. Gaspard est le plus jeune des trois et il donna l’encens. Balthazar est barbu sans être âgé et il fit l’offrande de la myrrhe.

Cette fête nous invite à nous mettre en route, à suivre l’étoile, à partager ce que nous sommes et ce que nous avons…

La bible nous rappelle en 2 Corinthiens 2/15 que nous sommes le parfum de Christ, alors répandons ce parfum là, où nous sommes, là où nous allons dans le monde.

Martine L.

 

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook

15 bonnes raisons de rendre grâce à Dieu

  1. Pour le don qu’il nous a fait en Jésus-Christ (Luc 2/ 27 à 30)
  2. Pour le pardon de nos péchés (Psaumes 103/ 1 à 3)
  3. Parce qu’il nous a délivrés de la loi du péché et de la mort (Romains 7/25)
  4. Pour la guérison de nos maladies (Psaumes 103/3)
  5. Car il nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ (1 Co 15/57)
  6. Car il nous a rendu capables d’avoir part à l’héritage des Saints dans la lumière (Col 1/12)
  7. Car il nous console de toutes nos afflictions et alors nous pouvons consoler aussi ceux qui en ont besoin (2 Cor 1/ 3-4)
  8. Car il exauce nos prières (Jean 11/21)
  9. Rendons-lui grâce par la sagesse et la force qu’il nous donne (Daniel 2/23)
  10. Car il nous fortifie pour son service et nous rend capables de l’accomplir (1 Tim 1/12)
  11. Pour la compagnie et communion de nos frères et sœurs en Christ (Actes 28/19)
  12. Pour les bienfaits qu’il accorde aux autres frères et sœurs (1 Thess 1/2-3))
  13. Pour les chrétiens qui demeurent fermes dans la foi malgré les épreuves et les persécutions (1 Thess 3/8-9)
  14. Pour les personnes qui lui donnent leur vie (Romains 6/17)
  15. Pour toutes bonnes choses et /ou circonstances avec foi et espérance (1 Thess 5/18 ; Romains 8/28)

Une attitude de reconnaissance envers Dieu nous garde dans l’humilité, la joie et la paix, car nous reconnaissons que « toute grâce excellente et tout don parfait, viennent d’en-haut, du Père des lumières » (Jacques 1/17). Même au milieu de l’épreuve, cette attitude nous garde dans la confiance et la certitude que Dieu ne nous abandonnera pas

« Grâces soient rendues à Dieu qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ ! »1 Co 15/57

Emmanuelle.B

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook

L’avent

Le mois de décembre est marqué par l’attente de Noël qui est plus un profit pour le commerce que la fête de la naissance du Sauveur.

Pour les chrétiens, il s’agit d’un temps de préparation intérieure à la venue de Jésus, puisque Noël fête la naissance du Christ.

Plusieurs explications existent pour le sens des éléments symboliques utilisés autour de cette période de Noël, je vous propose ici quelques une d’entre elles, qui peuvent nous aider à considérer le sens de Noël.

Durant la période de l’Avent, la tradition veut que l’on installe des sapins que l’on décore. Puisque Noël est une fête de la vie, ces arbres ont été choisis car ils sont parmi les seuls à rester vert même en hiver.

À l’origine, on décorait les sapins de pommes, rappelant le fruit défendu du Jardin d’Eden, puisque Jésus serait né pour racheter les Hommes de la faute d’Adam. Aujourd’hui des boules de Noël ont remplacé les pommes.

Les guirlandes lumineuses rappellent que Jésus est la « lumière du monde » : Noël correspond au moment charnière où les nuits deviennent plus courtes et les jours plus longs, triomphe de la lumière sur les ténèbres.

L’enjeu de l’Avent, c’est de faire aujourd’hui de la place en soi-même pour Dieu : est-ce que je m’adresse à Dieu dans ma journée ? Est-ce que je l’associe à ma vie, à mes choix ? Est-ce que je cherche à vivre selon l’Amour de Dieu révélé en Jésus ?

L’Avent nous permet aussi de prendre conscience que le Christ reviendra dans sa gloire à la fin des temps. Ce retour du Christ doit nous permettre de saisir que notre horizon n’est pas celui de la terre et des biens matériels, mais celui d’une vie éternelle

Martine L.

L’automne une saison bien remplie

Nous moissonnons, préparons la nourriture et les provisions pour l’hiver, les enfants retournent en classe…C’est un temps d’apprentissage.

Aujourd’hui, on entend souvent dire dans le monde qui nous entoure : « on ne reconnaît plus les saisons, il n’y a plus de saisons»

Notre vie spirituelle est parfois similaire, on se laisse déstabiliser par les événements de la vie

A l’automne, on peut ressentir certaines émotions notamment la tristesse, l’appréhension, qui peuvent être parfois accompagnées de la sensation d’être épuisé sur le plan émotionnel.

Nous traversons la vie en surmontant chaque étape du mieux que nous le pouvons.

Dans cet automne du royaume de Dieu, nous devrions nous préoccuper d’apprendre tout ce que nous pouvons de la Parole de Dieu afin de nous préparer pour les durs mois d’hiver à venir.

La Parole de Dieu nous rappelle qu’il y a un temps pour tout!

« Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux: un temps pour naître, et un temps pour mourir; un temps pour planter, et un temps pour arracher ce qui a été planté; …un temps pour pleurer, et un temps pour rire; un temps pour se lamenter,… un temps pour se taire, et un temps pour parler; un temps pour aimer,… » (Ecclésiaste 3:1-8)

Bien souvent, nous sommes impatients et vivons très mal ces transitions. Nous ne les acceptons pas et risquons de passer par la déprime, nous nous révoltons parfois contre Dieu, tandis que d’autres fois, nous nous confions en l’Eternel.

N’oublions pas les moments de joie, d’exaucement, que le Seigneur nous a accordés, louons-le pour tout ce qu’Il a fait.

Rappelons-nous que nous ne sommes pas seuls, Dieu nous tient dans sa main à chaque saison de notre vie sur cette terre.

« Ne crains rien, car je suis avec toi; Ne promène pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu; Je te fortifie, je viens à ton secours, Je te soutiens de ma droite triomphante. » (Esaïe 41:10)

Martine L.

Sortons du découragement

Dans cette période de pandémie beaucoup se laissent aller au découragement !

Oui on peut en avoir marre parfois… Mais j’ai une bonne nouvelle pour vous, même si vous passez par ces moments difficiles : le Seigneur est là, il ne vous abandonnera pas, il l’a promis dans sa parole.

Josué 1/5 : « Je ne te délaisserai point, je ne t’abandonnerai point »

Hébreux 13/5 : « je ne te laisserai pas ; non je ne t’abandonnerai jamais »

Deutéronome 31/6 : « Fortifiez-vous et ayez du courage ! Ne craignez point et ne soyez point effrayés devant eux ; car l’Eternel, ton Dieu, marchera lui-même avec toi, il ne te délaissera point, il ne t’abandonnera point »

Dieu a promis de ne point nous abandonner et il tiendra sa promesse !

On a trop souvent tendance à dire que la présence de Dieu est plus avec certains qu’avec d’autres, que certains sont plus saints, prient plus…c’est comme si on disait que la présence de Dieu dépendait de nous… alors que la présence de Dieu avec nous est inconditionnelle.

Matthieu 28/20 : « voici je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde »

On peut être découragé à cause de problèmes liés à nous-mêmes – problèmes de santé, découragement au travail… mais aussi à cause de l’attitude des autres. Et c’est parfois ce qui nous cause le plus de découragement. Souvent, les lacunes des autres nous hérissent tellement que nous ne pensons même pas à prier pour eux. Et peut-être nous faut-il admettre que nous ne pouvons améliorer leur comportement. Alors nous commencerons à prier avec amour pour eux.

Quoi de plus réconfortant que de recevoir les promesses de Dieu et l’assurance que dans notre chemin difficile, notre foi en Christ nous permettra de ne pas nous laisser submerger par le découragement.

J’aime beaucoup lire Hébreux 12 versets 2 et 3 dans la version Parole Vivante : « Gardons les yeux fixés sur Jésus ; dans cette course de la foi, il est notre chef de file et nous mènera au but. Parce qu’il avait en vue la joie qui lui était réservée, il a affronté la mort sur la croix, sans tenir compte de la honte attachée à un tel supplice, et il siège désormais à la droite de Dieu. »

Pensez à la lutte opiniâtre qu’il a eu à soutenir contre des hommes pécheurs, à la manière dont il a supporté leur hostilité, et ne vous laissez pas abattre par le découragement.

Martine L.

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook

Des talents utiles

Lecture – La parabole des talents

Matthieu 25 v 14 Il en sera comme d’un homme qui partit pour un voyage : il convoqua ses serviteurs et leur confia l’administration de ses biens. 15 Il remit à l’un cinq lingots, à un autre deux, et à un troisième un seul, en tenant compte des capacités personnelles de chacun. Puis il s’en alla. 16 Celui qui avait reçu les cinq lingots se mit sans tarder à les faire fructifier, de sorte qu’il en gagna cinq autres. 17 Celui qui en avait reçu deux fit de même et en gagna deux autres. 18 Quant à celui qui n’en avait reçu qu’un, il s’en alla creuser un trou dans la terre pour y cacher l’argent de son maître. 19 Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint et leur fit rendre compte de leur gérance. 20 Celui qui avait reçu les cinq lingots se présenta, apportant les cinq lingots supplémentaires qu’il avait gagnés. « Maître, dit-il, tu m’avais remis cinq lingots, j’en ai gagné cinq autres. Les voici. » 21 « Très bien, lui dit son maître, tu es un bon serviteur, en qui l’on peut avoir confiance. Tu t’es montré fidèle en peu de choses. C’est pourquoi je t’en confierai de plus importantes. Viens partager la joie de ton maître ! » 22 Celui qui avait reçu les deux lingots se présenta aussi et dit : « Maître, tu m’avais remis deux lingots, j’en ai gagné deux autres. Les voici. » 23 « Très bien, lui dit son maître, tu es un bon serviteur, en qui l’on peut avoir confiance. Tu t’es montré fidèle en peu de choses. C’est pourquoi je t’en confierai de plus importantes. Viens partager la joie de ton maître ! » 24 Enfin, celui qui n’avait reçu qu’un lingot vint à son tour et dit : « Maître, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n’as rien semé, tu récoltes où tu n’as pas répandu de semence. 25 Alors, j’ai pris peur et je suis allé cacher ton argent dans la terre. Voilà : prends ce qui t’appartient. » 26 Mais son maître lui répondit : « Vaurien ! Fainéant ! Tu savais que je moissonne là où je n’ai rien semé et que je récolte là où je n’ai pas répandu de semence ! 27 Eh bien, tu aurais dû placer mon argent chez les banquiers et, à mon retour, j’aurais récupéré le capital et les intérêts. 28 Qu’on lui retire donc le lingot et qu’on le donne à celui qui en a déjà dix. » 29 Car à celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l’abondance. Mais à celui qui n’a pas, on ôtera même ce qu’il a. 30 Quant à ce vaurien, jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et d’amers regrets.

 Méditation

– Le Seigneur nous invite à faire fructifier les dons qu’il nous a accordés, demandons-Lui des occasions de les découvrir et de les mettre en œuvres.

– Ne méprisons pas les petits commencements. Au départ, souvent les choses nous paraissent insignifiantes, mais si nous persévérons, Dieu va trier et faire croitre les bonnes œuvres.

– Nous avons besoin d’encouragement, alors soyons généreux avec ceux qui travaillent autour de nous. Complimentons abondement, afin de développer ce climat encourageant indispensable. Honorons ceux qui se lèvent et qui mettent en route des projets nouveaux. N’ayons pas peur des erreurs ni des échecs. On commence toujours en tâtonnant, en faisant des erreurs, des maladresses, mais si on persévère et que l’on s’améliore continuellement, on fini par réussir.

– Les projets réussissent grâce à un grand nombre de conseillers dit l’écriture : Recherchons les conseils et les corrections de personnes qui ont de l’expérience ou simplement un regard extérieur sur notre travail. Grâce à Dieu, au travers d’eux, nous pourrons plus rapidement corriger nos erreurs.

Jonathan Yoder

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook

Perspectives temporelles ou intemporelles

Lecture

ECCL 3 (11) : Il a mis dans leur coeur la pensée de l’éternité

PS 90 (12) : Enseigne-nous à bien compter nos jours afin que nous appliquions notre coeur à la sagesse.

HEB 6 (10-12) : car Dieu n’est pas injuste pour oublier votre travail et l’amour que vous avez montré pour son nom, ayant rendu et rendant encore des services aux saints. Nous désirons que chacun de vous montre le même zèle pour conserver jusqu’à la fin une pleine espérance, en sorte que vous ne vous relâchiez point et que vous imitiez ceux qui, par la foi et la persévérance, héritent des promesses.

JN 4 (36) : celui qui moissonne reçoit un salaire et amasse des fruits pour la vie éternelle, afin que celui qui sème et celui qui moissonne se réjouissent ensemble.

1 COR 3 (9) : car nous sommes ouvriers avec Dieu; vous êtes le champ de Dieu, l’édifice de Dieu.

PHIL 1 (3 –6) : Je rends grâce à mon Dieu de tout le souvenir que je garde de vous, ne cessant dans toutes mes prières pour vous tous, de manifester ma joie au sujet de la part que vous prenez à l’évangile depuis le premier jour jusqu’à maintenant. Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne oeuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ.

MATH 10 (41- 43) : celui qui reçoit un prophète en qualité de prophète recevra une récompense de prophète, et celui qui accueille un juste en qualité de juste recevra une récompense de juste, et quiconque donnera seulement un verre d’eau froide à l’un de ces petits parce qu’il est mon disciple, je vous le dis en vérité, il ne perdra point sa récompense.

Réflexions

– Dieu a une vision éternelle dans tout ce qu’Il fait, contrairement à l’être humain qui est limité dans le temps. Dieu est en dehors du temps.

– Ainsi, la vie de chaque être humain s’arrête un jour, mais ses projets peuvent aboutir bien après sa disparition.

– C’est pourquoi il y a une grande importance à transmettre ce que je connais naturellement ou spirituellement.

– De plus, tout ce que je fais aujourd’hui a une dimension naturelle mais également une dimension spirituelle.

– Jésus a pu dire « tout est accompli » en parlant pour son temps sur terre mais aussi depuis le début de l’humanité jusqu’à sa fin. Il est l’Alpha et l’Oméga, le commencement et la fin. Chacun de nous entre pour sa part dans cette dimension d’éternité en s’appliquant à semer et à moissonner dans le champ de Dieu.

– N’hésitons donc pas à avoir toujours des projets même si Jésus revient demain, mais soyons soucieux qu’ils ne soient pas égoïstes (voir Luc 12 v 16 à 21)

Alain J.

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook

un tête à tête avec Dieu : Motivé pour réussir

Lecture

PS 90 v 12 & 17 : apprends-nous donc à bien compter nos jours (…) fais prospérer pour nous l’ouvrage de nos mains ! oh oui ! fais prospérer l’ouvrage de nos mains.

DT 30 v 9 : l’Eternel, ton Dieu, te comblera de bien en faisant prospérer tout le travail de tes mains, tes enfants, les portées de tes troupeaux et le produit de ton sol. En effet, l’Eternel prendra de nouveau plaisir à ton bonheur, tout comme Il prenait plaisir à celui de tes ancêtres.

JOS 1 (8) Que ce livre de la loi ne s’éloigne pas de toi, médite-le jour et nuit pour agir avec fidélité conformément à tout ce qui y est écrit, car c’est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c’est alors que tu réussiras.

PV 19 (8) Celui qui acquiert du bon sens, s’aime lui-même, celui qui garde l’intelligence trouve le bonheur.

PV 9 (12) Si tu es sage, tu l’es pour toi, si tu es moqueur, tu en supporteras les conséquences tout seul.

PS 37 (18) l’Eternel connait les jours des hommes intègres et leur héritage dure éternellement.

Réflexions

La lecture de ces versets procure beaucoup d’enseignements précieux pour la vie de tous les jours les prendre en considération permet une vie saine et abondante, une vie réussie selon les critères de Dieu.

Dieu ne s’intéresse pas seulement à notre vie éternelle mais Il est aussi attentif à ce qui fait notre quotidien, il n’est pas indifférent bien au contraire Il veut que nous soyons bénis dès ici-bas, c’est là son rôle de Père.

Dans les moments de doutes, d’adversité, accrochons-nous à ces promesses car les promesses de Dieu sont vraies, expérimentons-les, ne laissons pas l’incrédulité et la peur faire barrage à ces bénédictions.

Car en effet, la vie prospère à laquelle Dieu nous a destinée, nous encourage, nous donne la paix et la joie, c’est donc un témoignage pour ceux qui nous entourent, c’est une interpellation de la part de Dieu envers ceux qui ne le connaissent pas.

Dieu prend plaisir à nous faire plaisir, Il veut le meilleur pour nous. La Parole dit que lorsque Dieu approuve les voies du juste, Il dispose même ses ennemis en sa faveur. C’est dire la grandeur de sa grâce.

Alain J.

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook

un tête à tête avec Dieu : Y a de la joie

Canevas pour un culte personnel. Vous pouvez suivre ces étapes afin de nourrir un temps en tête à tête avec Dieu. Adressez vous à lui avec confiance et simplicité.

Louez et adorez -> remerciez Dieu pour ce qu’il a fait et pour ce qu’il est.

Vous pouvez chanter un chant de reconnaissance. Pensez aux belles rencontres que vous avez faites ou aux personnes qui vous ont fait du bien et dites merci à Dieu pour ces personnes.

Lisez et méditez –Philippiens 4 verset 4 à 9

4 Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur; je le répète, réjouissez-vous.5 Que votre douceur soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche.6 Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. 7 Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos coeurs et vos pensées en Jésus-Christ.8 Au reste, frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l’objet de vos pensées. 9 Ce que vous avez appris, reçu et entendu de moi, et ce que vous avez vu en moi, pratiquez-le. Et le Dieu de paix sera avec vous.

Réflexion 

Y a de la joie bonjour bonjour y a de la joie… Cette chanson de Charles Trenet, illustre bien l’état d’esprit que Paul nous invite à revêtir. Oui la joie c’est aussi un choix. « Réjouissez vous toujours dans le Seigneur ». Qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ? Comment le pratiquer ? Dans la traduction Semeur il est écrit : « Réjouissez-vous en tout temps de tout ce que le Seigneur est pour vous « . Demandons à Dieu par son esprit de nous donner de la joie. C’est un fruit de l’Esprit… Nous avons donc accès par l’esprit de Dieu à de la joie.

Paul nous invite à être doux et confiant, en comptant sur Dieu, afin que les soucis de la vie, plutôt que de peser sur nous pèse sur Lui. Et Il nous donnera « La paix qui surpasse toute intelligence ». ça c’est une paix pas raisonnable. Paul est en prison et il est joyeux et paisible. Est-ce bien raisonnable ? Perdons la raison comme Paul, confions à Dieu nos besoins Il s’en chargera. Et prenons la paix et la joie que Dieu nous offre en tout temps.

  • Réfléchissons sur : qu’est ce que le Seigneur est pour nous et sur comment puis-je me réjouir en lui?
  • Expérimentons de confier à Dieu nos besoins et apprenons à recevoir sa paix. Persévérons jusqu’à recevoir cette paix.
Prière
 
Prions que quelque soient nos soucis du jour, nous ayons chaque jour une communion avec Dieu tel que Paul, par laquelle Dieu nous donne la joie et la paix. Prions que nous devenions une communauté joyeuse et paisible. Prions pour les besoins de ceux qui sont en peine, qui souffrent. Remercions Dieu pour tout ce qu’il a déjà fait pour nous et pour nos frères et soeurs. Louons pour ce qu’il va faire. Réjouissons nous dans le Seigneur. Merci Seigneur par ton Esprit-Saint de remplir chacun d’entre nous de ta joie, de ta paix et de ton amour. Rends nous doux, aimable. Et que tu sois l’objet principal de nos pensés. Merci papa céleste !

Jonathan Yoder
Partager sur print
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook

Canevas pour un tête à tête avec Dieu : Quand la tempête est là.

Canevas pour un culte personnel. Vous pouvez suivre ces étapes afin de nourrir un temps en tête à tête avec Dieu. Adressez vous à lui avec confiance et simplicité.

Louez et adorez -> remerciez Dieu pour ce qu’il a fait et pour ce qu’il est.

Vous pouvez chanter un chant de reconnaissance. Pensez aux bons moments que vous avez passés cette semaine et dites merci à Dieu pour ces choses.

Lisez et méditez -> MARC 4 verset 35-41

« Ce même jour, sur le soir, Jésus leur dit : passons sur l’autre bord. Après avoir renvoyé la foule, ils l’emmenèrent dans la barque où il se trouvait ; il y avait aussi d’autres barques avec lui. Il s’éleva un grand tourbillon et les flots se jetaient dans la barque, au point qu’elle se remplissait déjà. Jésus dormait à la poupe sur le coussin. Ils le réveillèrent et lui dirent : Maître, ne t’inquiètes-tu pas de ce que nous périssons ? S’étant réveillé, il menaça le vent et dit à la mer : Silence ! tais-toi ! Et le vent cessa. Il y eu un grand calme. Puis, Jésus leur dit : Pourquoi avez-vous si peur ? comment n’avez-vous point de foi ? Ils furent saisis d’une grande frayeur, et se dirent les uns aux autres : quel est donc celui-ci à qui obéissent même le vent et la mer ? »

Réflexion 

Ce jour-là, Jésus part en mission dans un territoire de l’autre côté du lac mais, voyant ses intentions, Satan lève une tempête afin de faire échouer ce projet. Fort de la présence de son Père en lui, Jésus est endormi dans la barque, au grand étonnement de ses disciples remplis d’angoisse à l’idée de mourir noyés. Jésus leur dira que leur peur a entrainé leur incrédulité.

  • Aujourd’hui, quel genre de crainte éprouvons-nous lorsque nous sommes en mission pour le Seigneur ?
  • Avons-nous foi dans la puissance du Saint-Esprit pour nous délivrer des tempêtes déclenchées par notre ennemi ?
  • Curieusement, les disciples ont éprouvé une grande frayeur à la vue du miracle que Jésus a fait en calmant la tempête, alors qu’ils auraient dû s’en réjouir.
  • Savons- nous vraiment nous réjouir des miracles que le Seigneur opère dans notre vie ?
Prière
 
Prions que, malgré l’agitation parmi les nations et les informations qui circulent, toutes plus fantaisistes les unes que les autres, nous sachions garder calme et sagesse, afin d’être aptes à poursuivre la mission d’aller sur le terrain de l’ennemi pour délivrer les futurs serviteurs et servantes du Seigneur, comme nous le montre la suite du récit de Marc (voir lecture Marc 5 verset 1 à 20)

Alain Jamey
Partager sur print
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
X