Eglise Le Cep

La tranfiguration nous encourage

La transfiguration est un épisode très lié à la fête de Pâques. Quand Jésus annonce aux disciples qu’il va souffrir et mourir, ceux-ci le reçoivent très mal. La transfiguration a lieu juste après, dans le but évident d’encourager les disciples. La transfiguration est là dans les Ecritures pour nous encourager nous aussi.

Jésus apparaît avec Moïse et Élie, deux piliers de l’histoire et de la foi d’Israël. Moïse représente la Loi avec la sortie de l’esclavage, et Élie la prophétie avec l’espérance messianique. Jésus incarne et accomplit tout cela.

Il y a un parallèle entre Moïse sur le Mont Horeb, le visage illuminé, et Jésus transfiguré lui aussi sur une montagne, lui aussi illuminé par la lumière divine. Cette vision nous donne à voir le monde à venir, celui qu’on espère tous. Mais dans cette attente du monde à venir, on peut parfois trouver l’histoire humaine bien longue et bien trop douloureuse… A quoi bon toute cette Histoire, à quoi bon mon histoire, s’il n’en restera rien ?

Mais il y a un détail dans le récit de la transfiguration qui nous dit que l’histoire humaine n’est pas une mauvaise plaisanterie passagère, et qui me conforte à persévérer et œuvrer ici-bas, dans l’espérance du monde à venir.

Pour Moïse, seul son visage est illuminé, alors que pour Jésus, c’est aussi son vêtement. Ce n’est pas un détail anodin. Le vêtement représente une œuvre significative des hommes. Et je relie cela à la ville, qui est aussi une œuvre humaine par excellence, souvent négative dans la Bible.

Au départ, L’Homme est nu dans un jardin. À la fin, il est habillé dans une ville, la nouvelle Jérusalem. Cela veut dire que toute l’Histoire humaine, toutes les œuvres des Hommes, Dieu ne va pas les mettre à la poubelle pour passer à la nouvelle création. Car Dieu nous aime pleinement, totalement, concrètement, avec notre histoire et nos actions, même les plus simples et les plus banales. Il ne nous aime pas comme des âmes abstraites. Dieu nous aime avec nos histoires, nos œuvres, avec nos relations humaines, tout ce que nous pouvons construire, y compris matériellement, avec notre relation à la nature et sa création, aussi. Car la rédemption finale concerne la création toute entière.

Jésus est ressuscité avec les marques des clous dans son corps. Tout ce que nous vivons et faisons est inscrit dans la mémoire de Dieu. Une fois le tri fait, Dieu va récapituler, réconcilier notre histoire et nos œuvres pour construire la nouvelle création. Que Dieu nous encourage à persévérer dans une vie qui lui est consacrée, remplie autant que possible d’œuvres bonnes.

Jean Daniel C.

Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Bien vivre son confinement

Comment bien vivre son confinement ?

J’entends beaucoup de gens qui se plaignent du confinement, des restrictions de sorties, mêmes des gens qui ne sortaient pas beaucoup avant ces interdictions car n’ayant pas de moyen de locomotion. Cela me fait réfléchir, car souvent l’homme n’aime pas les interdits et fait tout son possible pour enfreindre les règles (cf Adam et Eve).

La première chose pour bien vivre son confinement c’est ne pas voir les limites qu’on nous impose mais la liberté que cela nous donne. Je profite de mes enfants et j’ai l’impression d’apprendre à les connaître encore plus et je vois mes défauts à travers eux (beaucoup de travail en perspective).

La deuxième chose pour bien vivre son confinement c’est retourner aux sources. Prenez le temps de feuilleter les albums photos, de relire des livres qui vous ont plu, et prenez contact avec votre famille. Je ne sais pas vous, mais moi, quand j’ai accepté Jésus dans ma vie, je me suis baptisée et j’ai accepté pleinement ma nouvelle famille en Christ mais j’ai délaissé ma famille naturelle et mes amis car ils ne répondaient pas forcément aux critères qui me semblaient acceptables. Mais plus j’avance avec Dieu, plus je comprends que s’il a assez d’amour pour aimer tous les hommes qui suis-je pour juger qui est assez bien ? Et le verset 1 Tim 5,8,  nous l’exprime bien, il faut prendre soin des siens, il n’est pas préciser s’il s’agit de chrétien ou non. L’ami aime en toute circonstance et dans le malheur il se montre un frère Prov 17,17. Aujourd’hui avec la technologie il est facile de rester connecté, profitez du temps qu’on vous donne pour nouer de profondes relations. J’ai déjà remarqué qu’il est plus facile de dire des choses qui nous touchent au téléphone qu’en vis-à-vis. Visualisez le confinement il y a 20 ans avec un téléphone payant et internet à ces prémices.

La dernière chose pour bien vivre son confinement c’est bricoler. Je ne dis pas construire une maison, bricolez, coudre un masque, cuisiner, tricoter un pull, poser des étagères. Occupez-vous les mains, pendant ce temps laissez votre esprit se reposer.

Pour notre part, nous n’aurons jamais assez d’un confinement pour faire et vivre tout ce qui est possible. J’espère que vous et vos proches allez bien, que Dieu vous bénisse abondamment durant cette période.

Sabrina K.

Parlez à Dieu en direct !

Ephésiens 5 v 6 « Que personne ne vous séduise par de vains discours ; car c’est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion. 7 N’ayez donc aucune part avec eux. 8 Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière ! 9 Car le fruit de la lumière consiste en toute sorte de bonté, de justice et de vérité. 10 Examinez ce qui est agréable au Seigneur. »

Aujourd’hui toutes sortes de voix s’élèvent pour vous dire ce que vous devez savoir ou faire, faites ceci ou cela ou ne faites pas ceci. Ces « prophètes » de circonstance, chrétien ou non, essayent de vous convaincre d’agir selon leur vision. Je ne veux pas les blâmer, certains disent réellement des choses intéressantes, beaucoup d’autres ne disent que des paroles d’Hommes, mais la question n’est pas là. Avons-nous reçu le Saint-Esprit pour rien ! N’est-il pas mieux d’écouter Dieu directement. Il est temps de faire silence et revenir au plus près de Dieu pour l’écouter lui. Qu’est-ce que Dieu te dit à toi ? Là, aujourd’hui, concernant ta vie à toi. La bible nous enseigne à rechercher sa volonté ; à grandir dans la foi en apprenant à reconnaitre sa voix et à le suivre. Jésus vous a appelé à le suivre et à lui obéir ! Je vous encourage fortement à rechercher auprès de lui les directives pour votre vie. Et je parle autant sur le plan des affaires de la vie concrète, que sur le plan de votre vie de prière et de lecture de la parole. S’il vous plait, arrêtez d’écouter autant toutes ces voix, écoutez plutôt la voix de votre papa du ciel. Lui, il sait exactement ce dont vous avez besoin. Il veut vous aider à prendre de bonnes décisions pour votre vie : dois-je reprendre le travail ? pour quoi et pour qui prier ? comment faire pour rester en paix ? à qui veux tu que je parle de toi aujourd’hui ? Il veut entendre ce qui vous préoccupe : j’ai peur Seigneur ! comment faire avec mes enfants, dois-je les mettre à l’école ? Quel sens à ma vie ? etc…

Dieu à quelque chose à te dire… chaque jour ! Et tu as des choses à dire à Dieu.

Jonathan

Conseils pour prier selon Luther

Luther préconise une période préalable “d’échauffement”. Les expressions “échauffer le cœur” jusqu’à ce “qu’il soit bien disposé”, “qu’il ait envie” se trouvent à plusieurs reprises dans cette lettre. La lettre tout entière n’est, en fait, qu’une instruction pratique et détaillée à cet égard; l’étude de la Bible ne doit être entreprise qu’ensuite. Elle se termine par l’affirmation que “celui qui fait ainsi peut utiliser un chapitre de l’Ecriture à la manière d’un briquet pour embraser son cœur”. Veillez à ne pas être trop exigeant afin que votre esprit ne se fatigue pas. Une bonne prière n’a pas besoin d’être longue ou prolongée. Il est préférable qu’elle soit fréquente et ardente.”

Son contenu ? Nos besoins et nos préoccupations personnelles ? Non ! Luther répond : “Commencez par les Dix Commandements.” Luther les prie; il ne les récite pas à toute vitesse. Comme ancien prêtre catholique romain, il a beaucoup à dire contre l’amoncellement “des vaines paroles” (Mt 6:7), le bavardage, le babillage et le papotage qu’il compare à des bulles de savon. Pour éviter cela, Luther considère un seul commandement à la fois, “afin que mon esprit soit aussi désencombré que possible avant de prier”. Vous pouvez prendre aussi la prière de jésus. Voici comment Luther partage avec son barbier sa façon personnelle de formuler une prière libre: Je fais de chaque commandement une guirlande de quatre brins tressés ensemble. En d’autres termes, chaque commandement est d’abord un enseignement – ce qu’il est effectivement – et je réfléchis à ce que le Seigneur me demande si sérieusement. Chaque commandement est, en second lieu, un sujet de louange; en troisième lieu, une confession et, enfin, une requête. Telle est la prière selon Martin Luther. Elle ne consiste pas seulement à supplier, réciter et parler, mais aussi à apprendre, méditer, analyser avec minutie et acquérir ainsi la perspective de l’éternité.

Il arrive souvent que je me perde dans des pensées si riches (littéralement, que “mes pensées partent en promenade”) à propos d’une des demandes du Notre Père que j’abandonne les six autres. Quand il en est ainsi, il faut laisser de côté les autres prières et accueillir ces pensées, les écouter en silence et ne les réprimer en rien. C’est le Saint-Esprit lui-même qui prêche et un seul mot de son sermon vaut mieux que les milliers prononcés dans nos prières. J’ai ainsi plus appris dans une seule prière que par beaucoup de lectures et de réflexions.

Extrait : « Tirée d’une lettre à son barbier » Martin Luther

Proposé par Jonathan Yoder

Comme Jésus au désert

Comme Jésus fut dans le désert pendant 40 jours, pendant cette période de confinement nous aussi aujourd’hui sommes dans un désert. Jésus y fut tenté par le diable à un moment où il l’enmene dans la cité sainte et lui dit « si tu est le fils de Dieu jette-toi en bas » en citant le psaume 91:11-12 : « Car il ordonnera à ses anges de te garder dans toutes tes voies; Ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre.… »

J’ai la pensée que dans notre désert le diable va nous tenter, en utilisant nos faiblesses, cherchant une faille. Il veut nous enlever notre paix, et nous réduire à un comportement humain qui cherche à assouvir ses envies, ses désirs charnels et à douter. Jésus répondit à satan par deutéronome 6:16 : « Vous ne tenterez point l’Eternel, votre Dieu, comme vous l’avez tenté à Massa. » Le peuple d’Israel avaient contesté et parce qu’ils avaient tenté l’Eternel, en disant: « l’Eternel est-il au milieu de nous, ou n’y est-il pas ? » C’est par ses pensés de doute que satan est à l’oeuvre. Pour résister et chasser cela, Jésus a dit au diable « il est écrit », Dieu nous invite à ressembler à Jesus agissons comme lui, en puisant nos ressources dans sa parole, ainsi nous demeurons protégés.

Jacques 4:7 : « Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous. »

Micaël S.

Et Dieu changea ses plans…

…Quand nous voyons se produire sur la terre des événements qui paraissent échapper au contrôle humain et que nous sommes en désaccord avec ce que Dieu semble en train de faire (ou de permettre), nous pouvons lui demander de « changer d’avis » Dieu est toujours prêt à écouter notre version de l’histoire. Même s’il a établi des plans, iI est disposé à, les modifier pourvu que les bonnes conditions soient réunies. Oui, nous avons quelque chose à dire au sujet de ce qui se passe autour de nous. Nous ne sommes pas obligés de prendre la vie comme elle est, nous pouvons avoir un impact sur notre monde, parce que la pensée et le cœur de Dieu nous sont ouverts, son pouvoir et sa puissance sont à notre disposition. Il n’est, dès lors, pas étonnant que notre hésitation à manier la puissance de la prière exaspère Dieu « voilà un peuple pillé et dépouillé, disait Esaïe, ils sont tous pris au piège, au fond des fosses, mis au secret dans des prisons, ils sont pillés et nul ne les délivre. On les a dépouillés et aucun ne dit « restitue ! » Qui, parmi vous, prêtera donc l’oreille ? » (Ésaïe 42 v 22.23). Oui, qui ? Qui en notre temps résistera à Satan et exigera, comme jadis Moïse devant le Pharaon, « Laisse aller mon peuple » (Exode 7.16) Qui se tiendra du côté du Seigneur ?…

Extrait du livre « Et Dieu changea ses plans » de Frère André

Proposé par Alain Jamey

Ce que Dieu demande Michée 6 v 8

Michée 6 v 8  » On t’a fait connaître, homme, ce qui est bien et ce que l’Eternel demande de toi: c’est que tu mettes en pratique le droit, que tu aimes la bonté et que tu marches humblement avec ton Dieu. »

Pratiquer le droit signifie respecter la loi, mais aussi, être intègre, tenir parole et se comporter avec justice. Respectueux.

Aimer la bonté, aimer être bon, faire preuve de bonté, de miséricorde, aimer faire grace, aimer pardonner. C’est aussi, aimer et faire le bien envers et contre tout. Quelque soit les circonstances et les choses faites et même subit. Soyez vainqueur du mal par le bien.

Marcher humblement avec Dieu. Humblement et avec Dieu ! Nous pouvons rien sans lui, si Dieu ne batis la maison les batisseurs travail en vain. Nous avons besoin continuellement de faire le choix de l’humilité, dire : si Dieu le veut, et demander : Dieu soit ave moi dans cette journée car je veux vivre de la vie qui vient de toi.

Ce verset est un merveilleux condensé de ce qui est bien selon Dieu.

Jonathan Yoder

  

Si mon peuple s’humilie…

La situation que nous vivons suscite en moi les réflexions suivantes, que je vous partage afin de nourrir vos méditations et prières.

1) Si mon peuple…Cette promesse s’adresse à son peuple qui porte son nom, et à personne d’autre, mais qui est son peuple ? En faisons-nous vraiment partie ?

2) S’humilie, …. Dans l’épreuve il est bon et nécessaire d’examiner sérieusement nos vies, nos attitudes et nos voies ; nous ne pouvons invoquer la grâce sur nos maladies et nos péchés en faisant l’économie d’un véritable examen de conscience. Rick Joyner, dans son livre « L’ultime assaut » p.50, raconte comment dans une vision il a vu les enfants de Dieu vaincus quand ils se lançaient dans les batailles contre les armées de l’ennemi sans le manteau de l’humilité.

3) Prie… et me cherche.  Où est la vérité ? Ce monde est entièrement sous la coupe du malin. Le menteur est le meurtrier dès le commencement. Et il ne fait guère de doute que nous n’avons pas eu dans cette épidémie toute la vérité. Prions que toute la lumière soit faite sur cette maladie et sur ce qu’elle doit contribuer à révéler puisqu’elle est permise, et bien sûr aussi sous le contrôle de notre Dieu. 

4) … Et s’il se détourne de ses mauvaises voies. Il nous aime d’un amour infini et il souhaite et attend en retour notre amour loyal, fidèle, sans adultère. Dieu est un Dieu d’alliance ; il reste fidèle même si nous ne le sommes plus, mais il déteste l’infidélité, l’adultère, la prostitution spirituelle.

5) Liberté ! Quelle illusion ! Souvent, très souvent, trop souvent dans les deuils, les maladies, les faillites, les échecs graves nous avons vu des personnes désespérées parce qu’ils avaient cru être libres de disposer de leur vie comme bon leurs semblaient ; mais ce qui leurs survenaient, les ramenaient brutalement à cette réalité, nous ne sommes pas maîtres de nos vies.

6) L’interdiction de nos réunions nous signifie et redit qu’il y a plus de joie dans le ciel pour un pécheur qui se repend que pour 99 justes qui font leur culte ; c’est pour cela que notre Seigneur est prêt à nous laisser à nos célébrations pour arpenter les rues, et se rendre sur les places et dans les maisons pour y chercher inlassablement, quelques brebis perdues ou égarées. Ce serait bien d’offrir la bonne nouvelle à l’un ou l’autre de nos voisins, collègues et amis qui sont encore perdus et sans espérance loin du Père éternel. Avec la paix en Jésus.

René Yoder

De quoi devons nous avoir peur ? Luc 12 v 4

Luc 12 v 4 « Ne redoutez pas ceux qui tuent le corps et qui, après cela, ne peuvent rien faire de plus. 5 Je vais vous montrer qui vous devez redouter: redoutez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter en enfer. »

Dieu, a depuis toujours formé le désir de nous sauver, de nous donner la vie Eternel. Recherchons ardemment ce qui nous conduira à cette vie Eternel avec lui, où il n’y aura plus ni larmes ni souffrances. Ne craignons pas les menaces dans ce monde. Car même si nous mourrons, tout en ayant aquis l’assurance, que nous allons dans le nouveau monde promis par Dieu, alors nous avons tout gagné.

Jonathan Yoder

X