Eglise Le Cep

L’automne une saison bien remplie

Nous moissonnons, préparons la nourriture et les provisions pour l’hiver, les enfants retournent en classe…C’est un temps d’apprentissage.

Aujourd’hui, on entend souvent dire dans le monde qui nous entoure : « on ne reconnaît plus les saisons, il n’y a plus de saisons»

Notre vie spirituelle est parfois similaire, on se laisse déstabiliser par les événements de la vie

A l’automne, on peut ressentir certaines émotions notamment la tristesse, l’appréhension, qui peuvent être parfois accompagnées de la sensation d’être épuisé sur le plan émotionnel.

Nous traversons la vie en surmontant chaque étape du mieux que nous le pouvons.

Dans cet automne du royaume de Dieu, nous devrions nous préoccuper d’apprendre tout ce que nous pouvons de la Parole de Dieu afin de nous préparer pour les durs mois d’hiver à venir.

La Parole de Dieu nous rappelle qu’il y a un temps pour tout!

« Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux: un temps pour naître, et un temps pour mourir; un temps pour planter, et un temps pour arracher ce qui a été planté; …un temps pour pleurer, et un temps pour rire; un temps pour se lamenter,… un temps pour se taire, et un temps pour parler; un temps pour aimer,… » (Ecclésiaste 3:1-8)

Bien souvent, nous sommes impatients et vivons très mal ces transitions. Nous ne les acceptons pas et risquons de passer par la déprime, nous nous révoltons parfois contre Dieu, tandis que d’autres fois, nous nous confions en l’Eternel.

N’oublions pas les moments de joie, d’exaucement, que le Seigneur nous a accordés, louons-le pour tout ce qu’Il a fait.

Rappelons-nous que nous ne sommes pas seuls, Dieu nous tient dans sa main à chaque saison de notre vie sur cette terre.

« Ne crains rien, car je suis avec toi; Ne promène pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu; Je te fortifie, je viens à ton secours, Je te soutiens de ma droite triomphante. » (Esaïe 41:10)

Martine L.

Sortons du découragement

Dans cette période de pandémie beaucoup se laissent aller au découragement !

Oui on peut en avoir marre parfois… Mais j’ai une bonne nouvelle pour vous, même si vous passez par ces moments difficiles : le Seigneur est là, il ne vous abandonnera pas, il l’a promis dans sa parole.

Josué 1/5 : « Je ne te délaisserai point, je ne t’abandonnerai point »

Hébreux 13/5 : « je ne te laisserai pas ; non je ne t’abandonnerai jamais »

Deutéronome 31/6 : « Fortifiez-vous et ayez du courage ! Ne craignez point et ne soyez point effrayés devant eux ; car l’Eternel, ton Dieu, marchera lui-même avec toi, il ne te délaissera point, il ne t’abandonnera point »

Dieu a promis de ne point nous abandonner et il tiendra sa promesse !

On a trop souvent tendance à dire que la présence de Dieu est plus avec certains qu’avec d’autres, que certains sont plus saints, prient plus…c’est comme si on disait que la présence de Dieu dépendait de nous… alors que la présence de Dieu avec nous est inconditionnelle.

Matthieu 28/20 : « voici je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde »

On peut être découragé à cause de problèmes liés à nous-mêmes – problèmes de santé, découragement au travail… mais aussi à cause de l’attitude des autres. Et c’est parfois ce qui nous cause le plus de découragement. Souvent, les lacunes des autres nous hérissent tellement que nous ne pensons même pas à prier pour eux. Et peut-être nous faut-il admettre que nous ne pouvons améliorer leur comportement. Alors nous commencerons à prier avec amour pour eux.

Quoi de plus réconfortant que de recevoir les promesses de Dieu et l’assurance que dans notre chemin difficile, notre foi en Christ nous permettra de ne pas nous laisser submerger par le découragement.

J’aime beaucoup lire Hébreux 12 versets 2 et 3 dans la version Parole Vivante : « Gardons les yeux fixés sur Jésus ; dans cette course de la foi, il est notre chef de file et nous mènera au but. Parce qu’il avait en vue la joie qui lui était réservée, il a affronté la mort sur la croix, sans tenir compte de la honte attachée à un tel supplice, et il siège désormais à la droite de Dieu. »

Pensez à la lutte opiniâtre qu’il a eu à soutenir contre des hommes pécheurs, à la manière dont il a supporté leur hostilité, et ne vous laissez pas abattre par le découragement.

Martine L.

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook

Suivre Jésus de loin ou s’attaché à lui ?

On parle de « suivre Jésus »et c’est une bonne chose pour notre vie, mais il y a une dimension plus grande à atteindre dans notre relation avec notre Dieu : c’est être attaché à lui. « Je m’attache à toi pour te suivre »

Prenons une illustration de la vie courante : Une voiture peut suivre une autre voiture, mais à un carrefour, la première peut tourner et l’autre continuer tout droit. Mais si une remorque est attachée à une voiture, elle ira toujours dans la même direction que la voiture à laquelle elle est attachée. Au carrefour de la tentation ou de la séduction ou du découragement, si je suis Jésus sans être fermement attachée à lui, je pourrai prendre un autre chemin : celui du doute, de la révolte, du péché ou de l’abandon. Mais si je suis attachée à lui de tout mon cœur les yeux fixés sur la vérité de sa parole et sur ses promesses, alors je continuerai à marcher sur son chemin de paix et de victoire.

• Si je suis attachée à Jésus, je serrerai sa parole dans mon cœur et il me gardera des influences du monde et des accusations du diable. « Je serre ta parole dans mon cœur afin de ne pas pécher contre toi » Psaumes 119 v 11

• Si je suis attachée à lui, alors mon cœur, mon âme et mon esprit trouveront leur bonheur à l’écouter et à le servir, à lui obéir en toutes choses et « ses commandements ne seront pas pénibles » mes pensées seront inspirées par son Esprit et non par la chair. « Marchez selon l’Esprit et vous n’accomplirez pas les œuvres de la chair » Galates 5 v 16 Et je pourrai dire, « Un jour dans tes parvis vaut mieux que mille ailleurs » Psaumes 84 v 11

• Si je suis attachée à mon Bon Berger, « je ne manquerai de rien » Si je le suis de près, « il me conduit dans les sentiers de la justice » Psaumes 23

Une autre illustration : En montagne, lors de l’ascension vers un sommet, le chemin est abrupt et dangereux; on doit alors former une cordée. Le guide est devant, s’attache à une corde et tous les suivants s’attachent à cette corde, les uns derrières les autres. Ils sont reliés au guide et reliés ensemble.

• Le guide conduit les autres, car il connait la voie pour arriver en haut.

• Il entraine et tire ceux qui ont du mal à avancer à cause de la fatigue, de la difficulté du parcours et de la longueur de la voie.

• Il assure, protège les suivants de la chute en les retenant. Si l’un d’eux trébuche et perd pied, il sera retenu et ne dévissera pas en bas. Il pourra être tiré par les autres et retrouver ses appuis.

La cordée peut représenter la communion fraternelle, mais si Jésus n’est pas le « premier de cordée » alors, toute la cordée peut s’égarer ou tomber dans le ravin.

Prions : Seigneur je veux me tenir très près de toi et de ta parole, afin de ne pas m’égarer et de ne pas tomber, car je veux te suivre jusqu’au bout.

Voici un témoignage personnel : Un jour, je ressentais un grand découragement par rapport à une situation particulière dans ma vie. Je priais le Seigneur assise, la tête baissée, et lui demandais de l’aide dans cette situation. Puis j’ai relevé la tête et Dieu m’a donné une vision : J’ai vu Jésus, marchant devant moi, alors que je gravissais la montagne. Je L’ai vu de dos, j’ai vu a tunique tissée, tout près devant moi. J’ai alors compris qu’Il voulait me montrer que je n’étais pas seule sur ce chemin abrupt, qu’Il était là comme mon guide et mon protecteur et qu’Il me tirait en avant pour continuer d’avancer. J’ai été fortement encouragée par cette vision de mon Sauveur marchant tout près de moi, m’ouvrant le chemin et me tirant derrière lui. Gloire à Dieu ! Quelle grâce de savoir que notre Dieu est si proche.

Autres références sur le même thème :

Deutéronome 13 v 9 « C’est à l’Eternel seul que vous rendrez un culte, c’est à Lui seul que vous vous attacherez »

Actes 11 v 23 « Barnabas encouragea les fidèles à rester, d’un cœur résolu, tous attachés au Seigneur »

Actes 13 v 43 « Paul et Barnabas les encourageaient à rester attachés à la grâce de Dieu »

1 Corinthiens 6 v 17 « Celui qui s’attache au Seigneur est avec lui un seul Esprit. »

Romains 8 v 14 « Ceux qui sont conduits par l’esprit de Dieu sont fils de Dieu »

Jean 15 v 4 « Un sarment ne saurait de lui-même porter du fruit sans demeurer attaché au cep »

Romains 8 v 38 Nous donne une promesse certaine si nous sommes attachés à Christ.

« Ni la mort, ni la vie, ni les anges, ni les dominations, ni les choses présentes ou à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature… Rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur » Amen !

Emmanuelle B.

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook

« Le cube de levure »

Cet été j’ai trouvé dans mon frigo un cube de levure de boulanger dont la date de consommation optimale était passée de quelques jours. J’ai voulu tenter ma chance quand même ….

La première fois, j’ai utilisé la moitié pour faire de la pâte à pizza. Deux heures après, la pâte n’avait pas bien levée, mais c’était l’heure de faire les pizzas pour les convives affamés, j’ai utilisé la pâte raplapla.

Sept jours plus tard, je refais des pizzas, avec la moitié restante du cube de levure. Je mets la pâte à lever et au bout de 1h30 je vois que la pâte ne lève pas bien.

Je m’apprête à faire un pâton avec un sachet de levure lyophilisée pour rattraper la chose, mais il me vient aussi l’idée de prier pour que la vie se manifeste dans cette pâte. Alors je me dis que cette idée me vient de Dieu et je prie au nom de Jésus pour que la vie triomphe dans ma pâte. Je reviens faire mes pizzas 45 minutes plus tard et, merci mon Dieu, j’ai une belle pâte bien levée et nous nous sommes régalés de bonnes pizzas !!!

Dieu parle tantôt d’une manière, tantôt d’une autre. Ce n’est pas toujours facile de savoir si les idées qui nous viennent, viennent du Saint Esprit ou de la chair, ou de notre imagination parfois farfelue. Je m’étais mise volontairement à l’écoute de Dieu et recevoir un tel encouragement m’a beaucoup réconfortée et poussée à persévérer.

Daï P.

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook

Groupe de maison

Pour nous, participer ou animer un groupe de maison, nous permet d’expérimenter la vie chrétienne ordinaire. Le groupe de maison nous aide à grandir spirituellement. Depuis nos baptèmes en 1999 et 2001, nous avons toujours fait partie d’un groupe de maison. il nous parait impensable de vivre sans et ce, malgré la fatigue, les sollicitations diverses, nous avons toujours tenu à être présents à ces soirées, car cela nous a souvent restaurés, encouragés, relevés ou simplement fortifiés dans notre foi.

Lors du confinement du printemps, nous avons pu constater à quel point il est difficile de rester des jours voire des semaines, coupés de toutes présences fraternelles. La Parole de Dieu parle souvent de communion, de frères et soeurs, de partage etc. Le culte en est une forme mais le groupe de maison en est, à notre avis, la mise en pratique.

Pour nous, le groupe de maison en semaine, et le culte le dimanche permettent de résister au Malin, de prendre des décisions, d’ échapper à l’emprise des sirènes du monde, de devenir citoyen d’un autre monde et d’acquérir ainsi des pensées, des paroles et des actions pour vivre avec la paix intérieure promise par Jésus.

Nous avons la conviction que l’Eglise sous ses différentes formes (le groupe de maison en est une), est la seule solution pour répondre aux besoins de notre société.

Alain et Frédérique J.

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook

Poème : Sans un mot, sans un signe, sans un geste

Un poème de Thierry D.

Je ne t’aime pas seulement pour ce que tu es
Mais aussi pour ce que je suis, quand je suis avec toi

Je ne t’aime pas seulement pour ce que tu as fait de toi-même
Mais aussi pour ce que tu fais de moi

Je t’aime parce que tu as contribué à me rendre meilleur
Plus qu’aucune croyance n’aurait pu le faire, et heureux
Plus qu’aucune destinée n’aurait pu me donner ce bonheur

Tu l’as fait sans le vouloir, sans un mot, sans un geste
Toutes ces choses de la vie, tu les donnes sans reste

Tu l’as fait en restant toi-même
C’est peut-être après tout, cela l’essence même

C’est peut-être cela aussi, la foi que j’ai en toi.
Celle que j’avais perdue autrefois. Seigneur tu m’as redonné cette foi.

X